ENAV® - Wiki

ENAV® - Wiki

Le saviez-vous ?

ENAV® est à l'initiative de Kévin J. & Johan W.

Tenerife – PanAM et KLM ( le plus meurtrier )

Temps estimé :7 minutes 68 views

L’accident aérien de Tenerife, survenu le 27 mars 1977, est l’un des pires désastres de l’histoire de l’aviation. Deux avions géants, un Boeing 747 de la compagnie KLM et un autre de la compagnie Pan American World Airways (Pan Am), se sont violemment heurtés sur l’aéroport de Los Rodeos aux Canaries, entraînant la mort de 583 personnes. Cet accident tragique a été le résultat d’une série de circonstances malheureuses et d’erreurs humaines, et il a eu un impact durable sur la sécurité aérienne.

C’est encore aujourd’hui l’accident aérien le plus meurtier de l’histoire.

Déroulement

La congestion de l’aéroport était due à la fermeture de l’aéroport de Gran Canaria à la suite d’une alerte à la bombe, obligeant de nombreux vols à être détournés vers Los Rodeos. Le brouillard dense qui enveloppait l’aéroport réduisait considérablement la visibilité, compliquant les opérations de vol.

La communication a été un élément clé de cet accident. L’équipage du vol KLM a demandé l’autorisation de décoller à la tour de contrôle, mais en raison du brouillard et de la congestion des fréquences radio, la communication était confuse. Le pilote du KLM a interprété la réponse du contrôleur comme une autorisation de décoller, bien que ce n’ait pas été le cas. Le vol KLM a alors commencé sa procédure de décollage, ignorant que le vol Pan Am était encore sur la piste, caché par le brouillard.

Le Pan Am avait tenté de se dégager en tournant sur une piste de roulement, mais il était trop tard. Le KLM a accéléré pour décoller, provoquant une collision dévastatrice avec le Pan Am. L’impact et l’incendie résultant ont entraîné la mort de 583 personnes à bord des deux avions. Seuls 61 survivants ont été miraculeusement extraits des débris, principalement du Pan Am, qui avait subi moins de dommages.

 

Les conclusions de l'accident :

  1. Contexte de congestion aéroportuaire : L’accident a eu lieu à l’aéroport de Los Rodeos, aux îles Canaries. Cet aéroport a été contraint d’accueillir un grand nombre de vols détournés depuis l’aéroport de Gran Canaria, qui avait été fermé en raison d’une alerte à la bombe. Cette situation a entraîné une congestion importante à Los Rodeos.

  2. Le brouillard épais : Une couche de brouillard dense enveloppait l’aéroport, réduisant considérablement la visibilité. Les équipages et les contrôleurs aériens étaient confrontés à des conditions météorologiques extrêmement défavorables.

  3. Départ du vol KLM : Le vol KLM, un Boeing 747 en provenance d’Amsterdam, était prêt à quitter l’aéroport pour rentrer chez lui. L’équipage avait été informé que les départs ne seraient autorisés que lorsque le contrôle aérien donnerait son feu vert.

  4. Communication confuse : L’équipage du vol KLM a contacté la tour de contrôle pour demander l’autorisation de décoller. Cependant, en raison du brouillard et de la congestion, la communication était confuse. Le pilote du KLM a interprété la réponse du contrôleur comme une autorisation de décoller, bien que le contrôleur n’ait pas donné une telle autorisation.

  5. Départ précipité du KLM : Croyant avoir l’autorisation de décoller, le pilote du KLM a commencé la procédure de décollage. Pendant ce temps, le vol Pan Am, également un Boeing 747, roulait sur la même piste en vue de la quitter. Cependant, en raison du brouillard, le Pan Am était hors de vue du KLM.

  6. Collision inévitable : Le KLM a accéléré pour décoller tandis que le Pan Am roulait sur la piste. Les deux avions se sont retrouvés sur une trajectoire de collision inévitable. Le pilote du Pan Am a tenté de faire une manœuvre d’évitement en virant sur une piste de roulement, mais il était trop tard. Le KLM a heurté le Pan Am au niveau de l’aile supérieure du Pan Am, provoquant une explosion massive.

  7. Conséquences dévastatrices : L’impact et l’incendie résultant de la collision ont conduit à la mort de 583 personnes à bord des deux avions. Il n’y a eu que 61 survivants, principalement dans le Pan Am, qui a subi moins de dommages que le KLM.

Un impact durable sur l'aviation :

Cet accident a eu un impact durable sur l’aviation. Les leçons tirées de cette tragédie ont conduit à des améliorations significatives dans la sécurité aérienne. Les procédures de communication aérienne ont été revues pour garantir une clarté totale, et la formation à la gestion des ressources de l’équipage a été renforcée pour assurer une meilleure coordination en situation de stress. De plus, les procédures aéroportuaires ont été adaptées pour éviter la congestion lors de détournements massifs.

L’accident aérien de Tenerife, en plus d’être une tragédie dévastatrice, reste un rappel puissant de l’importance cruciale de la sécurité aérienne. Grâce aux réformes et aux améliorations apportées à la suite de cet événement tragique, l’aviation a progressé vers des normes plus élevées en matière de sécurité, garantissant un voyage aérien plus sûr pour les générations à venir.

Leave a Comment

Partager ce document

Tenerife – PanAM et KLM ( le plus meurtrier )

Ou copier le lien

CONTENU